Basilique Notre-Dame Ho-Chi-Minh

Notre dame de Saigon ne passe pas inaperçue avec sa couleur rose orangée, au centre d’un quartier incontournable pour les touristes. C’est d’ailleurs un des monuments le plus connu de la ville.

Sa construction a été réalisée par les Français (1877-1880). Elle se trouve place de la Commune de Paris (en vietnamien: Công xã Paris), anciennement place Pigneau de Behaine.

On peu visiter l’intérieur de la cathédrale durant les heures d’ouvertures au public

La cathédrale fait 93 mètres de long 36,60 mètres de large et 21 mètres de haut.
Les briques pour construire l’Eglise ont été amenées de Toulouse.
Les vitraux ont été faits par l’entreprise Lorin de Chartres en France.
Les deux clochers sont à 36,6 mètres de hauteur. Ils ont 6 cloches pour un poids total de 24.000 kg.
L’horloge a été faite en 1877.
La statue de la vierge Marie devant la cathédrale a été faite à Rome en 1959 en marbre. Elle fait 4,80 mètre de haut et pèse 3.000 kg.

Un peu d’histoire

Après la conquête de la Cochinchine et de Saigon, les colons français veulent établir une église pour eux-mêmes et les convertis de la mission. En effet les missionnaires sont présents depuis le xviie siècle et sont revenus malgré les persécutions du milieu du xixe siècle.

Une première église est construite dans la rue 5 (actuellement rue Ngô Duc Ke).

C’était une pagode abandonnée par les Cochinchinois durant la guerre de conquête.

Mgr Lefèbvre la fait transformer en église. Mais celle-ci devenant trop petite, le gouverneur de Cochinchine, l’amiral Bonard, décide en 1863 de faire construire une église en bois sur la rive du canal Charner (Kinh Lớn).

Mgr Lefèbvre en pose la première pierrele 28 mars 1863.

La construction touche son terme en 1865 et l’édifice est appelé communément l’église de Saïgon.

Après la construction est endommagée par les termites, les offices finissent par se tenir dans le salon des invités du palais du gouverneur de Cochinchine. Ce palais est transformé ensuite en séminaire, jusqu’à ce que la cathédrale Notre-Dame soit érigée.

La construction

En août 1876, le gouverneur de Cochinchine Marie Jules Dupré organise un concours pour déterminer l’architecture de la cathédrale Notre-Dame.

L’objectif est double : fournir aux missions coloniales un lieu de culte, mais aussi montrer au peuple la force, par l’architecture, de la civilisation française.

Le projet de l’architecte Jules Bourard est sélectionné par les organisateurs du concours parmi les dix-huit propositions avancées.

La cathédrale, selon les plans de Bourard est de style roman révisé, mélangé au style gothiqueet basé sur le modèle de Notre-Dame de Paris, mais inférieure par la taille. L’édifice représente alors le plus bel ouvrage de la colonie française de cette époque. À l’origine, trois chantiers de construction étaient proposés :

  • à l’emplacement de l’ancienne école d’essai (actuellement au coin de la rue Hai Ba Trung et du boulevard Le Duan) ;
  • à Kinh Lon (actuellement boulevard Nguyen Hue) ;
  • à l’emplacement actuel de la cathédrale.

Après le choix du projet, une offre de construction est lancée. Bourard est alors nommé responsable de la surveillance du projet.

Tous les matériaux de construction sont importés de France. Le mur extérieur de la cathédrale est construit avec des briques rouges fabriquées et importées de Toulouse. Bien qu’elles ne soient pas enduites, ces briques conservent encore leur couleur rouge éclatante. Le 7 octobre 1877, Mgr Isidore Colombert pose la première pierre.

La construction de la cathédrale dure trois ans. Le 11 avril 1880, à l’occasion de la célébration de Pâques, la cérémonie inaugurale est célébrée en présence du gouverneur de Cochinchine de Vilers. Le nom de l’architecte est inscrit sur une plaque de granit placée à l’intérieur de la cathédrale, ainsi que les dates de début et de fin du chantier. Le coût total fut de 2 500 000 francs français. Au début, la cathédrale est surnommée la cathédrale d’État en raison du montant des dépenses engagées pour sa construction.

On ajoute en 1895 deux clochers à la cathédrale, chacun haut de 57,6 m et abritant six cloches de bronze, pour un poids total de 28,85 tonnes. Des croix sont installées en haut de chaque flèche, mesurant 3,5 m de haut, 2 m de large, pour 600 kilogrammes. L’édifice mesure alors 60,5 m. Les cinquante-neuf vitraux sont issus de l’Atelier Lorin à Chartres. Certains ont été détruits pendant la guerre et remplacés par des vitraux modernes.

La cathédrale a été électrifiée en octobre 1913.

Dans le jardin fleuri devant la cathédrale, il y avait une statue en bronze érigée en 1902 de Mgr Pigneau de Béhaine (également appelé l’évêque d’Adran) qui dirigeait le prince Canh, fils de Gia Long, son ami proche. La statue fut sculptée en France. La statue fut descellée en 1945, mais en conservant les fondations.

En 1959, l’évêque du vicariat apostolique de Saïgon, Mgr Joseph Pham Van Thien, assiste au séminaire de la « Sainte Mère » au Vaticanet commande une statue de Notre-Dame sculptée dans du granit à Rome.

Lorsque la statue arrive à Saïgon le 16 février 1959, Mgr Pham Van Thien bénit la statue qui est scellée sur les fondations laissées libres en 1945 et l’honore du titre de Regina Pacis (Reine de la paix). C’est MgrPham Van Thien en personne qui compose sur la stèle les prières « Que Notre-Dame bénisse la paix au Viêt Nam ». Le jour suivant, le cardinal Aganianian vient de Rome pour présider la cérémonie de clôture du congrès de Notre-Dame et présida solennellement la cérémonie d’inauguration de la statue.

La Basilique de Saigon

En 1960, le Saint-Siège érige les vicariats apostoliques du Viêt Nam en archidiocèsesavec des archevêchés à Hanoï (Nord Viêt Nam), Hué et Saïgon (Sud Viêt Nam). La cathédrale est élevée au titre d’église-mère de l’archidiocèse de Saïgon. En 1962, le Saint-Siège confère à la cathédrale-mère de Saïgon le titre de basilique mineure. Dès lors, cette cathédrale est appelée la Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Saigon

« Source WIKIPEDIA »