Les bidonvilles de Phnom Penh

Quatre décennies après que le régime génocidaire des Khmers rouges eut aboli la propriété privée et détruit tous les registres fonciers, le Cambodge est en plein boom immobilier.

Au fil des ans, les bidonvilles de la capitale se sont vidés – parfois par la force – dispersant les citadins pauvres en banlieues plus grandes, où l’assainissement, l’électricité, les emplois, les écoles et les soins de santé sont plus difficiles à trouver.

Aujourd’hui, plus de 25 000 familles vivent dans plus de 250 agglomérations urbaines pauvres autour de Phnom Penh – perchées dans les marécages et les canaux d’évacuation des eaux usées, serrées le long des voies ferrées, dans les temples, ou, dans les cimetières

La vie parmi les morts au Cambodge
Par ladmin / 30/10/2019

La vie parmi les morts au Cambodge

Chez nous en France, j'ai souvent comparé les cimetières des lieux d’art, d’histoire et bien sûr de mémoire, se sont...

En savoir plus
La rue 93 – Phnom Penh Cambodge
Par ladmin / 27/10/2019

La rue 93 – Phnom Penh Cambodge

Après un Fiasco immobilier la population expulsée reprend ses droits. Street Art à Phnom Penh Ce n’est pas l’endroit habituel...

En savoir plus

Phnom Penh, subit une transformation inimaginable, c’est une vrai ruée vers les terres.

Construite comme une ville basse avec des boulevards aérés, des jardins publics et bordée de riches zones humides, la capitale ressemble maintenant à un chantier de construction géant avec des projets de construction dans tout le centre ville.

Le projet de développement a vu les lacs et les zones humides comblés, les bâtiments ministériels situés dans des lieux stratégiques libérés dans le cadre d’actes d’échange de terrains controversés et des zones ouvertes – y compris le Freedom Park de la ville – cédées à des fins de développement.

« La ville est en expansion et le prix des terrains augmente, les communautés urbaines pauvres sont chassées de la ville.

« De plus en plus de personnes seront expulsées. »

Presque tous les habitants des bidonvilles de Phnom Penh sont sans terre et ne revendiquent pas leur lieu de résidence. Depuis 1990 plus de 10 000 habitants par an auraient été expulsés.

Leave a Reply